Le domaine

PRINCE : UN SITE EXCEPTIONNEL

La cave du Domaine est au pied du magnifique cirque de Coteaux de Princé.

Le site de Princé est classé, intégré au site de la Corniche angevine,qui constitue "un espace monumental et emblématique de l’Anjou".


La cave, construite en matériaux nobles en 1910, a une architecture soignée, harmonieuse, et fonctionnelle.
Nous avons réalisé un programme de remise en valeur globale de Princé : nous avons refait la toiture ainsi que les huisseries de la cave, en les maintenant "dans leur jus" : réutilisation des grandes ardoises, des ferrures, etc..mais aussi intégration d’un double puits canadien, et une isolation en laine de bois sous ardoises, pour réguler sa température.

Un nouveau bâtiment de stockage semi enterré totalement intégré au paysage, bâti en pierre ponce, avec puits canadien et toit végétalisé, abrite nos vins en bouteille dans des conditions idéales. Un système de récupération de l’eau de pluie nous fournit l’eau des traitements.
La maison de Princé, du 19ème, a été réhabilitée dans le respect de son histoire. Elle héberge nos bureaux, et surtout une grande et belle salle pour votre accueil et vos dégustations.

Au printemps 2011, nous avons planté à Princé 60 ares de chenin, nos premiers pas dans la reconquête de cet ancien site viticole réputé. Au printemps 2016, nous avons poursuivi notre démarche en commençant à défricher le coteau lui-même.
Plantation effectuée en porte greffes (racinés en attente de greffe en place) début 2017 ! En gardant des lignes d’arbres existants, complétés par des fruitiers. En 2019, nous avons planté en "racinés" le haut du coteau, sur le socle de grès schisteux de 600 millions d’années.

JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.6 Mo
PRINCE 1er GRAND CRU DU LAYON
 

Domaine Patrick BAUDOUIN - Princé - 49290 CHAUDEFONDS-SUR-LAYON
FRANCE - Tél./Fax : +33 (0)2 41 74 95 03


"l'abus d'alcool est dangereux pour la santé" (article L.3323-4 du code de la santé publique)
"C'est la pénicilline qui guérit les hommes, mais c'est le bon vin qui les rend heureux". (Alexander Fleming)